Les films d'Amérique du Sud

 

Les films sur l'Amérique du Sud :

Les merveilleuses cités d'or de Bernard Deyriès (1982)
Ce dessin animé que nous regardions tous les mercredis après-midi quand nous étions petits est surement à l'origine de ce voyage! Pour l'avoir revu avant de partir (histoire d'être au point sur l'invasion espagnole), il est vraiment très chouette et les petits reportages de la fin sont plus intéressants que les souvenirs que nous en avions (tout en restants très kitsch). A voir ou à revoir en famille (mais il y a quand même 6DVD !).
Mission de Roland Jaffé avec Robert De Niro, Jeremy Irons et Liam Neeson (1986)
Ce chef d'œuvre a été récompensé à Cannes par la palme d'or et l'oscar du meilleur film en 1987. Le film évoque l'histoire des missions religieuses jésuites établies en Amérique du Sud qui avaient pour but d'apporter développement  et religion chrétienne à certaines communautés indiennes. Le succès de ces missions a été tel qu'il a suscité des inquiétudes de la part des royaumes espagnols et portugais. La pression des deux pays a poussé le pape à ordonner le démantèlement des missions jésuites du nouveau monde, et c'est ce retrait déchirant qui est évoqué dans ce film. De nombreuses scènes ont été filmées aux chutes d'Iguaçu.
La mort suspendue de Kevin Mac Donald (2003)
Ce film est un documentaire qui nous fait revivre une aventure extraordinaire qui est arrivée à deux alpinistes anglais lors de l'ascension du Siula Grande dans la Cordillera Blanca au Pérou au cours des années 80. Difficile de ne pas avoir le souffle coupé, et si l'histoire n'était pas vraie, on se dirait qu'elle n'est absolument pas réaliste. Dans les bonus du DVD, on retrouve les deux héros vingt ans après sur les lieux de leur cauchemar. A ne surtout pas regarder avant de chausser les crampons...

 

Fitzcarraldo de Werner Herzog avec Klaus Kinski et Claudia Cardinale (1982)
Fitzcarraldo est un film peu connu des années 80 qui se déroule à Iquitos au Pérou. Klaus Kinski incarne un ingénieur déjanté et ruiné qui veut faire fortune dans le caoutchouc afin d'exaucer son rêve : construire un opéra dans la capitale péruvienne de l'Amazonie. Pour cela, il va devoir faire passer son bateau au-dessus d'une colline. Ce film très bon film nous plonge à l'époque des barons du caoutchouc qui permis aux grandes villes amazoniennes de connaitre leu heure de gloire.
La forêt d'émeraude de John Boorman (1985)
Dans ce film tiré d'une histoire vraie, un enfant occidental dont le père travaille sur la construction d'un barrage se perd dans la forêt brésilienne, et est recueilli par une tribu indienne. Il va vivre pendant plusieurs années avec eux, participer à leurs rites initiatiques et combattre les destructeurs de la forêt. Sous des apparences naïves, ce film dénonce l'exploitation suicidaire de la forêt amazonienne.
Kuzco l'empereur mégalo (2001)
Un sympathique dessin animé des studios Disney qui se déroule au cœur de l'empire Inca. On retrouve les principaux symboles de cette civilisation préhispanique : lamas, indiens, montagne, temples et or. Le jeune empereur, Kuzco, est capricieux et méprisant avec ses sujets. Il est transformé en lama par une sorcière qui veut prendre sa place. Heureusement pour Kuzco, un gentil paysan lui vient en aide...
Master and Commander de Peter Weir avec Russell Crowe (2003)
Si il est peu question de l'Amérique du Sud dans ce film, il se passe pourtant dans les mers environnantes : on suit la frégate britannique Surprise et son équipage des côtes du nord Brésil aux îles Galápagos en passant par le détroit de Magellan. Ils poursuivent un navire de guerre français qui pille les bateaux rencontrés. Il est à noter qu'il n'y a pas d'histoire d'amour dans le scénario, fait assez étrange et remarquable.
Evita de Alan Parker avec Madonna et Antonio Banderas  (1996)
Adaptation d'un comédie musicale basée sur la vie d'Eva Perón, la femme du président-dictateur Juan Perón. Madonna incarne le rôle principal, ce qui a fait couler beaucoup d'encre (en tout cas en Argentine). Le film est assez fidèle à la "vraie histoire", et on découvre la vie de cette femme fascinante, très impliquée dans la vie sociale de son pays, et qui sera vénérée par des millions d'argentins.
La jeune fille et la mort de Roman Polanski avec Sigourney Weaver et Ben Kingsley (1994)
Le film se déroule dans un pays d'Amérique latine non identifié. Après avoir eu une panne de voiture, le mari d'une ex-militante qui a été torturée durant l'ancien régime est raccompagné chez lui par un homme qu'elle croit reconnaître comme son ancien tortionnaire. Beaucoup de suspens et d'ambigüité dans ce huis-clôt interprété brillamment par Sigourney Weaver.

 

Cinéma sud-américain :

Argentine Historias minimas de Carlos Sorin (2002)
A des milliers de kilomètres du sud de Buenos Aires, trois personnages voyagent le long des routes désertes de la Patagonie du Sud. Les histoires simples mais émouvantes s'entrecroisent entre la mère de famille qui fait des milliers de kilomètres pour participer à un jeu télé qui lui fait remporter un robot ménager dont elle n'a aucun utilité, la personne âgée qui perd la tête , le représentant de commerce qui a un gâteau d'anniversaire pour le fils de la veuve qu'il convoite...
 
Brésil La cité de dieu de Fernando Meirelles (2002)
L'un des meilleurs films de ces dernières années, La cité de Dieu raconte l'histoire d'un groupe d'enfants qui grandissent dans les années 60 dans une banlieue de Rio de Janeiro qu'on n'appelle pas encore Favela. On suit ces enfants évoluer le plus souvent vers la délinquance tout comme le reste du quartier jusqu'au années 80. Basée sur une histoire vraie, tous les acteurs, issus de favelas, étaient amateurs au moment du tournage. La violence, omniprésente dans le film est filmée de manière intelligente, sans être obscène. A ne pas visionner la veille d'un départ pour la ville merveille...
Brésil Central do brasil de Walter Salles (1998)
Dans ce très beau film brésilien, une écrivain publique est témoin de la mort d'une de ses clientes. Elle recueille son fils orphelin, et part avec celui-ci à la recherche de son père dans la région du sertão. Le film tire son titre de la gare centrale de Rio de Janeiro. Il a reçu l'Ours d'Or du meilleur film à Berlin en 1998.
Brésil Carnet de voyage de Walter Salles (2004)
L'adaptation au cinéma du livre d'Ernesto Guevarra Voyage à motocyclette. Il est à noter que le film a été réalisé par le brésilien Walter Salles, et non par un argentin. On suit les deux héros (Alberto Granado et Ernesto Guevarra) dans leur découverte de l'Amérique Latine et leur rencontre de ses différentes composantes : des gauchos argentins aux lépreux amazoniens, des mineurs chiliens aux indiens de l'altiplano. Evidemment, un film qui nous a marqué car notre parcours sud-américain a plus ou moins coïncidé avec le leur.
Brésil La vie peu ordinaire de Dona Linhares de Andrucha Waddington (2000)
Durant tout le film, on est bercé par la musique du musicien-ministre Gilberto Gil. Une histoire peu commune, dans laquelle une femme enceinte vit entourée de son "harem masculin" dans le Nordeste brésilien. Au programme, peu d'action, un rythme lent voire nonchalant mais des personnages attachant et émouvant.
Brésil Avril Brisé  de Walter Salles (2001)
Walter Salles nous propose une adaptation du roman d'Ismaël Kadaré. A priori surprenante, les similitudes entre le mode de vie des familles originaires du sertão brésilien (l'une des régions les plus pauvres du Brésil) et celles des montagnes albanaises doivent être nombreuses. Le film décrit la vendetta qui dévaste deux familles à tour de rôle. Les images sont très belles et on retrouve les conditions de vie dans cette partie du Brésil qui ne se visite pas.