mardi, juin 26, 2007

 

Islande

Nous revenons d'une petite semaine de vacances en Islande, avec pour objectif de refaire la maintenant "fameuse" randonnée Landmannalaugar-Thormsorsk, passer dans le parc national à côté de Skaftafell et de se prélasser au Blue Lagoon avant de rentrer.
Arrivés de nuit, nous passons une journée maussade à Reykjavik entre crachin, sortie en mer pour voir les baleines sans les baleines, provision de combustible pour le réchaud et petite visite pauvre en photo du "centre ville".



C'est la deuxième fois que la randonnée du Landmannalaugar est abordée sur ce site (ici pour la première visite) mais elle est tellement belle qu'elle méritait d'y revenir, 7 ans aprés et dans des conditions un peu différentes.

En arrivant sur place, on réalise que ce n'est vraiment que le début de la saison et que la neige est trés basse en altitude. Le temps est affreux, il pleut sans arrêt, il fait froid et on passe pratiquement la première journée sous la tente. D'ailleurs la gardienne du refuge (qui a ouvert trois jours avant) nous met en garde sur l'état de la route et nous déconseille de prendre la route sans boussolle ni carte en raison du brouillard épais qui s'étend quelques centaines de métres avant l'arrivée au second refuge. Elle arrive à nous convaincre de réserver une place au prochain refuge.

Le spectacle des couleurs de la roche est tout de même au rendez-vous tout comme l'impressionnante coulée de lave qui vient s'étendre jusqu'au camping.

Le lendemain, la pluie s'est arrêtée et le plafond nuageux est quelque peu remonté, on en profite pour partir définitivement.


Dés la sortie du champ de lave on retrouve les fameuses manifestations de la géothermie environnantes : trace de souffre, fumeroles... Les colines prennent des teintes orangées, c'est magnifique.

On se rend compte également qu'on trouve de la neige dés 800m d'altitude, et qu'on va devoir passer une bonne partie de la journée les pieds dans les névés.

Aprés une pause soupe chinoise entre feu et glace, on reprend la dernière ascension vers le premier refuge.



Arrivés au refuge et à son campement, on ne regrette pas d'avoir suivi le conseil de la "warden" (gardienne de refuge). En effet, il fait trés froid et il y a beaucoup de neige autour du refuge. Contre l'équivalent de 30€ par personne, on a droit à un pauvre matela en mousse posé par terre dans une pièce en contenant une vingtaine, pas de douche, une toilette pour 30 personnes, mais il fait chaud !

Le lendemain, aprés une bonne nuit, le temps s'est grandement amélioré et on arrive même à partir tôt (9h). Le début de la deuxième journée est encore trés enneigé.


Une fois un premier col passé, on redescend vers un lac situé en fond de vallée, entourré de plusieurs glaciers. La température augmente, et on déjeune dans un coin adorable en fin de descente avec sieste sous le soleil, quel changement avec le temps de la veille...

Arrivés au refuge prés du lac, on décide de continuer encore un peu, et de camper dans un site qui n'est pas encore ouvert. Pour cela, nous devons traverser nos premiers guets... Ca rafraîchit. On dort au pied d'un glacier, et la vue est spectaculaire.


Le lendemain, c'est la traversée du désert. On marche pendant trois ou quatre heure à plat dans un environnement lunaire : une plaine immense recouverte uniquement de lave, bordée de glaciers. Il fait beaucoup plus chaud, et on sort t-shirt et short, on attrape même des coups de soleil. Finalement, aprés cinq ou six heures de marche, on trouve le refuge, étrange îlot de verdure entre désert et glacier.


Le dernier jour est trés fastidieux, géraldine est un peu malade, et il y a un passage un peu vertigineux qui ne lui plait pas vraiment. En plus le temps recommence à se couvrir. Heureusement, le temps s'améliore sur la fin, et nous avons un spectacle merveilleux sur les deux glaciers. Enfin, à l'approche de notre point d'arrivée, on traverse même une petite forêt.




Aprés avoir passé quatre jours sur cette randonnée, nous avons voulu nous rendre au parc de Skaftafell, à quelques heures de bus de Thorsmorsk. En fait, l'entrée du parc est un camping trés organisé, ou nous rencontrons "les islandais en weekend". Comme l'annoncait, le guide, leur passe temps favori semble bien être l'invasion en famille de camping avec caravane. Cela provoque même des embouteillages sur la Ring Road !

Dans cette ambiance saucisse-bière, on trouve une agence de guide de montagne qui nous permet de réaliser une expérience sur laquelle nous avions hésité au glacier Grey au Chili et au Perito Moreno en Argentine : l'excursion sur glacier. Pour un prix relativement raisonnable pour l'Islande, on prend place dans un groupe de 5 personnes partant pour 5 heures sur l'un des langues du glacier Vatnajokul, au pied du plus haut sommet Islandais (2500m à peu prés).



Aprés cette excursion, nous arrivons juste trop tard pour prendre le bus en direction de Jokusarlon, on ne verra pas les glaçons flotter. Le lendemain on retourne à Reykjavik pour rentrer en France.



This page is powered by Blogger. Isn't yours?