Inde

Mamallapuram - Pondichéry

 

Lors de la nuit de train passée entre Mysore et Chennai (Madras), nous faisons une rencontre remarquable. Dans notre wagon, une mère accompagne son fils à l'ambassade des Etats-Unis à Madras. Elles est ingénieur agronome, et après avoir fait ses études en Inde, comme beaucoup elle a immigré avec son mari aux Etats-Unis. Leur parcours dans ce pays est impressionnant, du laboratoire universitaire au restaurant gastronomique. Elle accouche en Floride. Mais lorsque leur fils a dix ans les problèmes du système éducatif les refroidissent, et l'éloignement familial les mine. Peu de temps après, ils décident de tout quitter une deuxième fois et de retourner dans la région de Mysore, ou ils reprennent une ferme assez importante. Ils ont avec eux un bon capital ramené d'Amérique, heureux de retrouver "leur culture", mais le fils est complètement déraciné, lui qui n'avait connu que les Etats-Unis :  branché sur CNN, écoutant 50 Cent, il ne pense qu'à y retourner... Une rencontre inoubliable.

Après l'arrivée, à Madras, on se rue vers un taxi en direction de la gare de bus à travers les embouteillages et la pollution maximale du petit matin. On prend le premier bus qui s'échappe de cet enfer vers la côte sud.

En une heure nous arrivons à Mamallapuram, sur une route enchainant "beach resort" après "beach resort" destinés aux weekend des familles aisées de Madras.

Mamallapuram est sur la liste des sites du patrimoine mondial de l'UNESCO à juste titre. Le temple du rivage, les cinq Rathas et la colline aux Mandapam. Certaines sculptures sont spectaculaires, et ont un aspect très contemporain, alors qu'elles remontent au VIIe siècle ! La ballade entre les sites est également l'occasion d'admirer le travail des tailleurs actuels, les réalisations sont hallucinantes au marteau et au burin, on imagine ces pièces allant orner les restos à la mode de part le monde... impossible de faire tenir dans un sac à dos. La ville étant assez touristique, l'ambiance backpacker nous a vite fait continuer sur la destination suivante

Mamallapuram

 Pondichéry, l'un des trois comptoirs français des Indes, est la première ville coloniale française qu'on a visité. C'est vraiment étonnant pour un français de se retrouver dans cette ville, à la fois étrangère et très familière. il faut avouer que la "ville blanche" (qui porte bien son nom car c'est la seule partie de la ville ou on croise des blancs) est particulièrement bien restaurée et les hôtels rivalisent sur la décoration coloniale et de jardins soignés. Pondichéry, c'est aussi l'occasion d'un pèlerinage sur les traces de la famille Pujos et d'un jeu de piste afin de retrouver la maison habitée entre 1947 à 1953. Une fois trouvée, c'est toute une histoire pour essayer de visiter ce qu'il en reste. Malgré son état de ruine, un garde armé est chargé jour et nuit d'y rester stationné. D'autre part, on ne peut pas se rendre à l'étage, car la porte est cadenassée et la clé... introuvable. Même locale, l'administration indienne a un charme fou.

Depuis Pondichéry, nous filons vers Tanjore.

< Page précédente        Page suivante >